Léa Bismuth

curator | critique d'art

---------------



LES FRAGMENTS DE L'AMOUR


CAC LA TRAVERSE - ALFORTVILLE


8 DECEMBRE 2015 — 12 MARS 2016


Charbel-joseph H. Boutros, Anne-Lise Broyer, Julien Crépieux, Mathilde Denize, Emma Dusong, Mounir Fatmi, Hervé Guibert, Axel Pahlavi, Javier Pérez, Alix Cléo Roubaud, Stéphanie Saadé, Dorothée Smith, Agnès Thurnauer, João Vilhena



et quand je t’appelle mon amour, mon amour, est-ce toi que j’appelle ou mon amour ? Toi, mon amour, est-ce toi que je nomme ainsi, à toi que je m’adresse ? Je ne sais pas si la question est bien formée, elle me fait peur. Mais je suis sûr que la réponse, si elle m’arrive un jour, elle me sera venue de toi. Toi seulement, mon amour, toi seulement tu l’auras su. nous sommes demandés l’impossible, comme l’impossible, tous les deux




Ces mots de Jacques Derrida, dans son livre énigmatique La Carte Postale, en disent long sur cette étrange affaire de lien et de co-création à l’origine de toute histoire d’amour. Car il est bien question d’une histoire que l’on se raconte, mais aussi d’un roman de vie, que l’on composerait pas à pas, presque malgré nous. Si bien, qu’en réalité, c’est la vie même qui s’écrierait au l des jours.
L’hypothèse serait donc la suivante : imaginer une exposition qui tenterait de dire quelque chose de ce que nous ne pouvons nous contenter d’appeler un « sentiment » ou un « état », mais qui serait encore davantage. Car, dire quelque chose de l’amour, pouvons-nous même imaginer une seule seconde que cela serait possible ? Comment mettre des mots, et a fortiori des images et des œuvres, sur un « impossible » que deux êtres se donnent comme terrain de jeu ?
Vouloir dire l’amour est une ambition démesurée. Les grands romans d’amour s’y sont frottés, et nous en avons lu beaucoup2. Le cinéma aussi y trouve la matière première de nombreux chefs-d’œuvre, et nous avons vu beaucoup de ces lms-là3, qui reviennent en rêve comme s’ils avaient été vécus. C’est pourquoi littérature et cinéma — ces arts de l’expérience du temps incompressible, et du corps pris dans une épaisseur temporelle, qu’elle soit celle de la lecture ou du visionnage — apparaîtront comme les grands fantômes de cette exposition et seront à l’origine de certaines œuvres présentées.
Ainsi, nous ferons l’expérience d’une exposition conçue par éclats, parce qu’il reviendra justement au spectateur de façonner un récit à partir de multiples fragments, et de fantasmer sa propre histoire d’amour, de la réinventer peut-être, dans un voyage qui le mènera de la rencontre à la disparition, en passant par tant de pics d’intensité qu’il serait bien dif cile de tous les nommer : regard, charme, contact, baiser, union, fusion érotique, fascination, fantasme, adresse, temps, écriture, lettre, souvenir, corps à corps, douleur, vie...
Une mise en garde toutefois : chaque histoire d’amour singulière a sa géographie propre, ses zones d’opacité et son cheminement; aucune vérité n’y préside. L’exposition respectera ce fourmillement des existences. Et ce seront les œuvres, en tant que cristallisations amoureuses, qui auront nalement raison de cet amour réinventé.

Léa Bismuth