Léa Bismuth

curator | critique d'art

---------------



LA REALITE PRESQUE EVANOUIE


Les étudiants de 5e année de l’EPCC école supérieure des Beaux-Arts Tours Angers Le Mans



11 — 27 AVRIL 2014


Cyrille Courte, Sylvain Féau, Marine Fiquet (et Laura Bottereau), Noémie Doublet, Valentin Guillet, Bin Li, Julie Mansiet, Mathilde Longelin, Maho Nakadai, Tristan Ortlieb, Marina Seretti, Ruihan Wang, Gui Qing Wu, Po Jung Yang et Chen Zhao. Et Performance de Arsène Juteau, Charlène Loiret, Lucile Martinez, le soir du vernissage.



La Fille d’Indra : « Ce n’est pas la réalité, c’est bien plus que la réalité... ce n’est pas un rêve, ou plutôt c’est un rêve éveillé... »

Le Songe, August Strindberg




La réalité est bien ce contre quoi l’on bute. Elle se dérobe. Elle résiste. Mais, il arrive qu’elle apparaisse furtivement, au coin d’une rue, dans un souffle, un murmure ou une réminiscence. Les futurs artistes de cette exposition l’ont parfois saisie sur le vif, ou entraperçue : ils l’ont sans doute frôlée. Et s’il est question d’un évanouissement possible, il s’agit davantage d’un éveil que d’une perte de moyens : l’évanouissement sera ici avant tout saisissement de ce qui échappe. Seul comptera l’instant fugace de cette ouverture des possibles — d’où le « presque » contenu dans le titre, qui n’est pas une façon d’atténuer le propos, mais bien au contraire de s’instal- ler dans un espace précaire, entre rêve et réalité, nuit des images et besoin d’incarnation.
Ainsi, l’expérience vertigineuse d’une lumière fulgurante, la douceur d’une lueur rougeoyante dans l’obscurité, les ruines littéraires et fantomatiques d’un temps qui n’est plus ou encore la théâtralité désarmante de figurines en quête de sens, se côtoieront et entreront en dialogue. Des poussières d’étoiles, des gouttes d’encre en suspension ou de majestueuses envolées picturales viendront ponctuer le parcours, nous rappelant que l’enjeu est bien de lutter contre la disparition, suspendre le geste juste avant l’assombrissement définitif, juste avant le recouvrement de toute visibilité.
Bien souvent, l’évanouissement sera considéré dans son acception concrète, en tant que prélude à la perte de connaissance. Les personnages de cette histoire sont bien des « soigneurs de gravité », selon la très belle expression de Marcel Duchamp. Ils déjouent les lois physiques pour défier la pesanteur ou bouleverser les temporalités historiques, et ils savent où ils opèrent : dans l’Abbaye du Ronceray chargée d’histoire et vieille du XIe siècle, dont l’architecture même questionne le principe d’équilibre. Peut-être y retrouverons-nous un labyrinthe comme ceux des grandes cathédrales ou encore des tombes centenaires... Le récit sera conçu comme une traversée.

Léa Bismuth


Valentin Guillet
Gui Qing Wu
Gui Qing Wu
Gui Qing Wu
Chen Zhao
Marina Seretti
Marine Fiquet (et Laura Bottereau)
Sylvain Féau
Cyrille Courte