Léa Bismuth

curator | critique d'art

---------------



INTÉRIORITÉS, 2ème volet de La Traversée des Inquiétudes
Une trilogie d'expositions librement adaptée de la pensée de Georges Bataille


LABANQUE BÉTHUNE


7 SEPTEMBRE 2018 — 18 FÉVRIER 2018


Bas Jan Ader, Chantal Akerman, Hans Bellmer, Jacques-André Boiffard, Eugène Von Bruenchenhein, Charlotte Charbonnel, Clément Cogitore, Marguerite Duras, Marco Godinho, Oda Jaune, Atsunobu Kohira, Pierre Molinier, Romina De Novellis, Frédéric D. Oberland, Florencia Rodriguez Giles, Anne Laure Sacriste, Markus Schinwald, Pia Rondé, Fabien Saleil, Gilles Stassart, Claire Tabouret, Sabrina Vitali, Daisuke Yokota, Jerome Zonder, Zorro.



J’appelle expérience un voyage au bout du possible de l’homme.
Georges Bataille




L’exposition Intériorités présentée à Labanque — centre de production et de diffusion en arts visuels de Béthune déployé dans le site réhabilité de l’ancienne Banque de France — est le deuxième temps fort de La Traversée des inquiétudes, trilogie imaginée par Léa Bismuth, librement adaptée de la pensée de Georges Bataille. Cette exposition, conçue comme une expérience unique, fait suite à Dépenses, exposition inaugurale du cycle, pour laquelle, pour la première fois, Labanque a expérimenté les conditions d’une exposition collective réunissant des productions inédites (onze œuvres avaient ainsi été réalisées spécifiquement par des artistes français et internationaux). Pour Intériorités, le pari est maintenu et relancé, avec treize artistes sollicités sur le même principe de production hors norme, témoignage d’une recherche curatoriale ambitieuse fondée sur une écriture collective confrontant l’art contemporain à une pensée fondatrice du XXe siècle.
Il s’agira de proposer au visiteur, placé au centre du dispositif, une véritable aventure personnelle de L’Expérience intérieure (1943), l’invitant à voyager dans ce livre-labyrinthe de Georges Bataille, tenant autant du journal intime, du poème, que de l’essai philosophique, et dont la densité a nourri l’imagination des treize artistes. Pensées spécifiquement pour les 1500 m2 des quatre niveaux de Labanque, leurs œuvres entameront un dialogue avec celles d’autres artistes vivants ou historiques.
Le visiteur traversera d’abord la nuit, son obscurité sans bornes, ses limites inconnues et mystiques, mais aussi les origines de l’œuvre d’art ou de son enfouissement, remontant jusqu’à Lascaux et Pompéi. Il sera ensuite amené à vivre une errance dans les sous-sols labyrinthiques de Labanque, habités d’une installation sonore, mais aussi de rituels sacrificiels et spirituels. La suite du parcours le conduira vers une quête beaucoup plus intime, où le rire, les larmes, l’érotisme et l’aveuglement apparaitront comme les moyens d’une plongée vertigineuse en soi, tout autant que d’une communication avec l’univers. Enfin, le sens de la visite sera orchestré pour le mener à un sommet, en une ascension ultime vers le cratère d’un volcan, bouche de feu ouverte sur le ciel et connectée aux profondeurs de la Terre.